logotype

Mais où partir ?

Un peu de patience, les informations seront bientôt disponibles

 

« Alors que ma destination finale pour mon travail de fin d’études est Cuzco, je décide néanmoins de passer une petite semaine à Lima avant d’entrer dans le vif du travail. J’ai eu la chance de me retrouver dans une famille avec laquelle j’ai eu préalablement des contacts grâce à une amie, une famille qui vit simplement dans un quartier populaire de Lima. Durant ces quelques jours, j’ai eu l’occasion de partager la vie quotidienne de ces personnes, même de rencontrer d’autres membres de la famille, qui m’ont fait découvrir plusieurs plats typiques mais aussi une grande partie de la ville (les marchés locaux, la vie nocturne ou encore des restaurants traditionnels).

En fin de compte, au bout de ces quelques jours seulement, j’ai appris bien plus que si j’étais restée seule dans un hôtel sur la côte touristique.

Certes, Lima est une grande ville qui ne correspond pas toujours aux critères des voyageurs qui recherchent authenticité et tradition au Pérou, mais si nous faisons un effort d’aller vers la population locale, même si la langue n’est pas maitrisée, cette quête est possible. Après tout, voyager responsable ne signifie pas toujours aventure et sac à dos !

A Cuzco, ce ne sont pas les possibilités de faire du tourisme durable qui manquent. Rendez-vous incontournable des backpackers et véritable tournant pour des séjours dans les communautés des Andes, Cuzco regorge d’agences de voyages offrant ce type de séjours. Attention néanmoins à faire la part des choses dans ce panel d’offres et à s’assurer que d’un point de vue éthique, c’est bien responsable.

Ainsi, durant ma première nuit en ville, j’ai atterri dans un logement un peu particulier : il s’agit d’une association qui aide les enfants des rues, et qui propose également des chambres. L’idée est qu’il n’y a pas de prix fixes pour la nuit, le voyageur fait un don qui revient directement à l’association. Le maître mot ici est la solidarité envers les plus défavorisés, ce qui permet de développer une certaine forme de tourisme solidaire.

Enfin, pour mon mémoire de fin d’études, j’ai eu la chance de découvrir une communauté indigène des Andes, dans laquelle j’ai vécu durant plusieurs jours et partagé la vie quotidienne. En effet, à Cuzco, nombre d’agences de voyages proposent des circuits touristiques dans les communautés, mais souvent au détriment de celles-ci. Dès lors, elles sont plusieurs dans la région à s’être constituées en associations de tourisme rural communautaire pour bénéficier directement des retombées touristiques.

Un séjour au plus près de la population, qui met le voyageur face à ses responsabilités et à ses qualités d’acteur, en participant activement à la vie locale !

Témoignage de Cynthia, janvier 2017