logotype

Histoire

En 2018, MATM fête ses 30 ans !!

 

Le MATM est né en 1988 dans la région de Charleroi à l’initiative de personnes impliquées dans le développement solidaire via trois sections d’une association aujourd’hui disparue.

Le but au départ était de récolter de l’argent via un magasin d’articles de seconde main (facilement récoltés) afin de soutenir les projets de leurs partenaires du sud. Petit à petit s’est fait sentir le besoin de promouvoir les échanges Nord-Sud, des rapports de coopération et de collaboration entre diverses associations de Belgique et d’Amérique latine. Ce magasin avait de plus l’avantage de faciliter le contact avec les populations et personnes défavorisées de la région de Charleroi.

Lors des rencontres, réunions et autres événements, les membres de l’association ont pu débattre de la problématique Nord-Sud et proposer des alternatives pour pouvoir sortir les populations de la précarité.

Suite à un séjour prolongé d’un de nos membres en Equateur, le MATM a pris alors contact avec l’organisation équatorienne « Fondation Maria Luisa de la Torre » dont le travail vise à promouvoir les organisations paysannes à travers la mise en place de projets agricoles et de formations. Et c’est ainsi que, petit à petit, s’est imposée la problématique liée à la situation du secteur rural dans les pays du Sud. Cette relation a depuis facilité la consolidation de l’association en tant que telle et permis la réalisation de ses activités « à travers le monde ». Les bénéfices du magasin et les dons fournis ont permis de financer des projets de nos partenaires du sud.  Notons qu’aujourd’hui, le magasin, qui porte le joli nom de « Rezippons la Terre » et situé à Châtelet, s’est constitué lui-même en une asbl.

Depuis 1990, le choix des partenaires s’est donc orienté vers des communautés villageoises, des organisations paysannes ou indigènes de l’Equateur, de Bolivie et du Pérou pour l’accès à l’éducation, à la formation et à la santé, à la souveraineté alimentaire et au commerce équitable. Au fil du temps, des relations de partenariat se sont forgées entre ces organisations et le MATM, facilitant la coordination pour le travail de lobbying et de plaidoyer au Nord (Belgique) et au Sud.

Lors des semaines de solidarité internationale et de commerce équitable, le MATM a proposé des animations dans des écoles primaires et secondaires de la région de Charleroi (Montignies-sur-Sambre, Couillet, Charleroi), d’Aiseau-Presles ainsi qu’au sein de la FUNOC (Formation pour l'Université Ouverte de Charleroi). Le MATM a aussi été appelé directement pour réaliser des animations à Anderlecht et dans la région du centre (Manage, La Louvière). Il est important de noter que la plupart de ces écoles et établissements prônent la tolérance et l’équité, le MATM s’est donc efforcé de répondre à leur(s) attente(s) en leur proposant des animations gratuites lors d’actions subsidiées par le CWBCI, la CTB ou Annoncer la Couleur.

C’est en collaboration avec Altervoyages que l’association a pu participer à son premier salon du tourisme à Liège. Lors d’une de ces journées, le MATM a sensibilisé des étudiants au tourisme équitable et responsable.

Au vu des actions déjà menées par le MATM avec ses écoles partenaires, il n’est pas utopique que des volets sur les relations Nord-Sud soient inscrits dans les programmes de formation, notamment de la FUNOC, et qu’une section « tourisme équitable » soit développée dans une école de tourisme ; le projet est en cours.

Au Sud, le MATM a élargi son champ d’action en collaborant avec six autres organisations paysannes basées en Equateur, trois autres au Pérou.  Avec le soutien de l’asbl et avec l’aide de quelques groupes locaux d’origine africaine ou ex-coopérants, des projets agricoles et/ou d’éducation en faveur des femmes de la RDC et du Burundi sont aujourd’hui financés. Ces collaborations Nord-Sud ont amené le MATM à se tourner vers des fondations, des ONG, la DGD et autres agences de coopération au développement pour la recherche de financements et la collecte de fonds. Le MATM a également promu des rencontres et des missions spécialisées, notamment auprès d’organisations équatoriennes.

Dans la même période, l’organisation du MATM a évolué en intégrant de nouveaux collaborateurs/trices et a, de ce fait, pu redéfinir sa structure organisationnelle et opérationnelle. Ceci a été possible grâce à la collaboration financière de la Région wallonne, de la loterie nationale, et de nombreuses autres fondations. Cette expérience nous permet aujourd’hui de proposer un organigramme où le personnel et les collaborateurs participent activement dans les différentes sections de l’asbl.